Sinaia, l’entrée des Monts Bucegi – Roumanie

By 0 1

Lors de ma dernière venue en Roumanie, j’ai visité Sinaia. Cette ville, nichée dans la montagne, m’intéressait depuis notre passage en direction de Brașov. Depuis Bucarest j’ai roulé 2 heures en empruntant des routes de campagnes puis la nationale. J’avais le temps, et la campagne cache des monastères un peu partout.

J’ai d’ailleurs assisté à un lever de soleil incroyable.

 

Levé de soleil sur les routes Roumaines

 

Le château de Peleș et de Pelișor

Dès mon arrivée, j’ai rejoint le château de Peleș. J’avais prévu de le visiter, sauf qu’après avoir attendu quasi 15 minutes, avec d’autres étrangers, qu’une personne vienne nous vendre un billet, j’ai abandonné. La file d’attente s’allongeait de plus en plus avec les groupes, et personne ne venait à notre aide.

J’ai donc flâné dans la petite cour et rejoint le petit château Pelișor (fermé ce jour-là) pour profiter du soleil. Après m’être baladée pendant 15 min, les gens attendaient toujours pour acheter un billet  -_-

L’intérieur semble intéressant, donc je le laisse sur ma liste « à visiter ». Rendez-vous pris pour le printemps 2018.

 

Le château de Peles, Sinaia, Roumanie

 

La grande église du monastère de Sinaia

En contrebas du château, une allée permet de rejoindre le monastère.

Le long du chemin les vendeurs s’agitaient pour installer les souvenirs typiques Roumains devant des petits chalets. Pendant que quelques vieilles femmes commençaient à faire griller des épis de maïs.

Après 300 mètres à marcher sous les arbres au milieu de jouets en bois et habits traditionnels, me voilà arrivée au monastère. Une messe était célébrée, je suis donc restée au fond pour observer les rituels orthodoxes.

Comme toujours l’intérieur est sombre mais emplie de fresques de toute part. J’étais en pleine observation avant que trois petites dames me bousculent et s’affairent à installer des tables dans l’entrée. Dans un reportage sur la Roumanie, j’avais vu qu’après la messe, les fidèles partageaient gâteaux ou mets salés.

Et voilà que des gâteaux fusent de toutes parts, sortant de la salle principale, et que les trois petites dames les décorent et les découpent. Je suppose que les gâteaux avaient été bénis par le prêtre. Par respect, je n’ai quasi pris aucune photo de l’église pendant ce moment de partage.

Je m’éclipse laissant la place aux fidèles et en profite pour visiter la nef finalement vide.

 

La grande église du monastère de Sinaia, Roumanie Chemin menant du monastère au parc de Sinaia, Roumanie

 

Le parc Dimitrie Ghica

A gauche, en sortant de la cour du monastère, un escalier m’emmène sous les arbres dorés par l’automne. Je rejoins le parc principal de Sinaia, avec le casino dominant l’entrée. Il n’est pas aussi majestueux que celui de Constanta, mais au moins celui-ci n’est pas abandonné.

Les allées sont calmes et les écureuils courent dans les feuilles orange. Ils commencent à faire leurs réserves pour l’hiver et offrent un spectacle aux enfants. Je ne pensais pas en voir autant, et même à Bucarest ils sont partout. Et quand on ne les voit pas, on les entend courant et farfouillant dans la nature.

 

Les écureuils dans le parc de Sinaia, Roumanie

 

Le centre-ville

Après avoir traversé le parc, j’arrive dans le centre de Sinaia. Hormis pour aller au restaurant, je n’y ai pas trouvé grand intérêt après avoir marché dans quelques rues. A proximité de la gare se trouve la maison de Georges Enesco, transformée en mémorial. Si vous ne connaissez pas, c’était un grand compositeur Roumain décédé à Paris. Vous pouvez même trouver un musée à Bucarest.

 

Je préfère d’ailleurs vous montrer les photos prises dans certaines ruelles de la ville, plutôt que le centre.

La montagne

La ville se trouve à 880 mètres d’altitude et offre quelques pistes de ski, jusqu’à 2100 mètres.

Toute l’année le téléphérique fonctionne pour rejoindre les monts Bucegi. J’ai longuement hésité à le prendre, avant d’abandonner l’idée. Au printemps, nous avons prévu avec l’homme d’y randonner, donc je garde cette découverte pour plus tard.

En revanche, je me suis amusée à rejoindre l’hôtel se trouvant à 1400 mètres. 8 km et 20 minutes plus tard de lacets, me voilà au bout de la route. D’un côté l’hôtel avec le téléphérique passant au dessus, et de l’autre une vue sur la vallée.

 

La vallée de Sinaia, Roumanie

D’ailleurs, il paraît qu’un mystère se cache dans la montagne …

 

C’est incroyable le nombre de chemins de randonnée pédestre ou à vélo qu’il y a pour rejoindre le sommet, ou pour parcourir la forêt. Nous aurons de quoi faire en mai prochain. Avant de rejoindre Sinaia, je me suis un peu baladée en forêt pour profiter de l’automne. La saison était vraiment bien marquée.

 



J’ai hâte de revenir avec l’homme pour visiter le château et dépasser les 1400 mètres pour rejoindre les monts Bucegi, un des plus beaux endroits pour randonner en Roumanie.

 

Infos pratiques :
  • Bucarest – Sinaia : 123 km soit 2 heures de route.
  • L’hiver c’est une station de ski avec des pistes jusqu’à 2 000 m.
  • La ville est la porte d’entrée des Monts Bucegi.
  • 9 975 d’habitants.
  • L’Orient-Express y faisait halte.

 

 

 


See you soon …

Aucun commentaire pour l'instant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.